Panier
Pour remplir le panier, ajoutez au panier vos graines parmi nos variétés.
Pour 10 sachets commandés,
le 11ème est offert !

Frais d’envoi minimum de 2€ puis 40cts par sachet suivant.

Le bon usage des engrais verts

L’utilisation d’engrais verts représente une pratique écologique pour la structure et l’amendement des sols. Cette technique consiste à enrichir le sol en incorporant des plantes cultivées sur place, profitant ainsi de leurs contributions organiques et de l’amélioration de la structure du sol grâce au travail de leurs racines.

Les bienfaits des engrais verts :

Les engrais verts, notamment issus des légumineuses et des brassicacées, jouent un rôle essentiel dans la fixation d’azote, l’extraction de potassium et de phosphore du sol. Ces éléments nutritifs bénéficient aux cultures suivantes, représentant ainsi un apport équivalent à une fumure normale. En plus de leur impact sur la nutrition des plantes, les engrais verts produisent de la biomasse qui, en se décomposant, génère un humus actif, améliorant la résistance du sol et facilitant son travail.

mélange d’engrais vert

Les limites du pouvoir des engrais verts

Bien que les engrais verts ne remplacent que partiellement le fumier et le compost en produisant moins d’humus stable, ils offrent d’autres avantages. Ils étouffent les plantes folles (celles qu’on désherbe d’habitude), protègent la surface du sol contre l’érosion due à la pluie, et absorbent les nitrates, évitant ainsi la pollution des eaux souterraines. Ils sont aussi une bonne façon de produire de la matière pour les futurs paillages

Choix des plantes


Différentes plantes peuvent être utilisées comme engrais vert, certaines étant détruites par les gelées hivernales, facilitant ainsi leur incorporation au sol. Les options incluent des légumineuses telles que la vesce, les féveroles, le lupin, le mélilot, les pois fourrager, etc.... , des graminées comme le ray-grass italien, l’avoine, le triticale, le sorgho, etc... , ainsi que des crucifères comme le colza, la moutarde, le radis chinois, etc... Les combinaisons de graminées et de légumineuses peuvent également être semées pour maximiser les avantages.

Le seigle

le seigle
  • C’est une céréale qui produit de l’humus et de la paille tout en étouffant les herbes folles. Il convient à tous les types de sols.
  • Il est semé en août-septembre et occupe le sol d’octobre à janvier. Il doit être fauché en fin d’hiver et enfoui pour permettre sa décomposition avant les plantations de printemps. Généralement, on sème 100 g de graines pour 10 m2.
  • Il existe une variété de seigle, le seigle forestier, qui pousse bien dans les zones ombragées.

La moutarde

La moutarde un engrais vert
  • Membre de la famille des Brassicacées, la moutarde se développe rapidement, étouffant efficacement les herbes folles tout en offrant des fleurs qui attirent les pollinisateurs. Adaptée à divers types de sols, même calcaires, elle fait une bonne candidate parmi le choix d’engrais vert.
  • Diverses variétés de moutarde peuvent être utilisées à des fins d’amendement du sol, parmi lesquelles la moutarde blanche, brune et noire. Semée entre mars et août, la moutarde peut occuper le sol pratiquement toute l’année. Sensible aux gelées hivernales, son feuillage une fois gelé se dégrade naturellement, éliminant ainsi la nécessité de l’enfouir. Sinon, elle peut être fauchée à n’importe quel moment de la saison.
  • La densité de semis recommandée pour la moutarde en tant qu’engrais vert est généralement de 15 g de graines pour 10 m2. Les bienfaits pour le sol incluent son action étouffante sur les herbes folles, sa contribution en matière organique à travers la décomposition de son feuillage, et son amélioration de la structure du sol grâce à son système racinaire.

La phacélie

La phacelie un engrais vert
  • Appartenant à la famille des Boraginacées, la phacélie est une plante à croissance rapide qui étouffe efficacement les herbes folles tout en offrant une floraison attrayante pour les pollinisateurs. Elle s’adapte à différents types de sols, avec une préférence pour les sols riches.
  • Semée de mai à août, la phacélie peut occuper le sol jusqu’aux gelées (bien qu’elle puisse supporter jusqu’à -5°C).
  • La densité de semis recommandée pour la phacélie en tant qu’engrais vert est généralement de 15 g de graines pour 10 m2. Ses avantages pour le sol se manifestent par son effet étouffant sur les herbes folles, sa contribution en matière organique grâce à sa décomposition, et son amélioration de la structure du sol en travaillant en profondeur grâce à ses racines.

Le trèfle incarnat

Le trèfle incarnat
  • Le trèfle incarnat, de la famille des Fabacées (légumineuse), présente une particularité remarquable en produisant des nodules qui enrichissent le sol en apportant de l’humus, tout en fixant l’azote atmosphérique dans ses racines. Cette caractéristique en fait un excellent choix en tant qu’engrais vert.
  • Il existe différentes variétés de trèfle, comme le trèfle blanc, le trèfle de Perse, le trèfle d’Alexandrie, etc., qui peuvent être utilisées en tant qu’engrais vert, chacune s’adaptant à des régions différentes. On peut noter que le trèfle d’Alexandrie est particulièrement bien adapté aux sécheresses.
  • Semé généralement en août-septembre, le trèfle incarnat occupe les sols tout au long de l’hiver, assurant ainsi un superbe couvre-sol qui survit à l’hiver. Il doit être tondu ou fauché à la fin de l’hiver avant d’être enfoui dans le sol.
  • La densité de semis recommandée pour le trèfle incarnat en tant qu’engrais vert est généralement d’environ 20 g de semences pour 10 m2. Son action bénéfique sur le sol se manifeste par l’enrichissement en humus grâce à la décomposition de la biomasse, tout en favorisant une meilleure rétention d’azote dans le sol.

Les épinards

Les épinards
  • Les épinards, de la famille des Chenopodiacées, peuvent être semés entre les légumes qui seront récoltés en été, exigeant toutefois des sols frais et humides. En plus de leur pouvoir d’engrais vert, ils sont également comestibles. Semés de mars à août, ils occupent les sols du moment de leur semis à la fin de leur croissance, se décomposant naturellement par la suite.
  • La densité de semis recommandée pour les épinards en tant qu’engrais vert est généralement d’environ 50 g pour 10 m2. Leur impact bénéfique sur le sol réside dans leur capacité à améliorer la structure du sol grâce à leurs racines, ainsi que dans leur contribution organique une fois décomposés.

La vesce

La vesce un engrais vert
  • De la famille des Fabacées, la vesce présente des similitudes avec le trèfle en ce qui concerne sa capacité à fixer l’azote atmosphérique et à apporter de l’humus au sol. Cette plante polyvalente s’adapte à divers types de sols.
  • Il existe différentes variétés de vesce, dont la vesce commune (Vicia sativa), la vesce de Cerdagne (Vicia villosa) et bien d’autres, chacune avec ses propres caractéristiques mais elles sont toutes bénéfiques pour le sol.
  • Semée généralement en août-septembre, la vesce occupe les sols jusqu’aux gelées hivernales. Avec une densité de semis recommandée d’environ 150 g de semences pour 10 m2, elle contribue significativement à l’enrichissement du sol.
  • La vesce, grâce à sa capacité à fixer l’azote atmosphérique, améliore la fertilité du sol et favorise une meilleure disponibilité des nutriments pour les plantes suivantes. La décomposition de sa biomasse contribue également à la formation d’humus, améliorant ainsi la structure du sol.
  • Semée généralement en août-septembre, la vesce occupe les sols jusqu’aux gelées hivernales. Avec une densité de semis recommandée d’environ 150 g de semences pour 10 m2, elle contribue significativement à l’enrichissement du sol.
  • La vesce, grâce à sa capacité à fixer l’azote atmosphérique, améliore la fertilité du sol et favorise une meilleure disponibilité des nutriments pour les plantes suivantes. La décomposition de sa biomasse contribue également à la formation d’humus, améliorant ainsi la structure du sol.

Le sarrasin

sarrasin
  • Le sarrasin, également connu sous le nom de blé noir, appartient à la famille des Polygonacées. Cette plante, prospérant dans les sols les plus pauvres et acides, étouffe efficacement les herbes folles. Semé de mai à août, le sarrasin occupe les sols jusqu’à sa destruction par le gel. On recommande généralement 50 g de graines pour 10 m2 lors du semis.
  • Sa capacité à prospérer dans des conditions de sol difficiles en fait un choix idéal pour améliorer la fertilité des terres moins favorables. En plus de son action d’étouffement sur les mauvaises herbes, le sarrasin contribue à la santé du sol en améliorant sa structure.

Méthode de mise en œuvre

Il n’est forcément recommandé de bêcher le sol avant le semis des engrais verts. Les semences peuvent être répandues sur une parcelle fraîchement défrichée ou après une récolte. Bien entendu, si le sol est compacté il faut quand même l’ameublir un minimum afin d’ensevelir les graines. Après le semis, il suffit de laisser pousser les plantes pas besoin d’arroser, laisser donc faire la pluie ! L’enfouissement a lieu avant la fin de la floraison, nécessitant parfois un broyage préalable des plantes développées. Les matériaux broyés doivent reposer sur le terrain soit pour servir de couverture végétale (pailli) ou d’être incorporés au sol.

Soyez autonome en engrais verts

Il a été mentionné précédemment de faucher avant la floraison, évidemment pour éviter que les plantes ne montent en graines. Cependant, vous pouvez consacrer un petit bout de votre parcelle d’engrais vert à la production de semences. Si vous cultivez 20 m2 d’engrais vert, vous pouvez conserver deux ou trois m2 de surface sur laquelle vous laisserez les plantes monter en graines afin d’avoir suffisamment de graines pour semer une parcelle de 20 m2 la saison prochaine !

Pour produire des semences d’engrais vert à partir de plantes gélives, il est important de respecter une date de semis printanière afin de pouvoir suivre un cycle complet de la plante et ainsi obtenir ses graines.

L’enfouissement des engrais verts

Les engrais verts, l'enfouissement
enfouir les engrais verts

L’enfouissement s’effectue avant la fin de la floraison et peut être directement réalisé si l’engrais vert est peu développé ou s’il a été endommagé par le gel (il est également possible de simplement ratisser les brindilles sèches et de les ajouter au tas de compost). Dans d’autres cas, il est nécessaire de détruire l’engrais vert avant de l’enfouir, en utilisant l’une des méthodes suivantes : le broyage avec une tondeuse à gazon (en travaillant sur une demi-largeur seulement si l’engrais vert est très développé), le fauchage, ou la coupe à la cisaille (pour de très petites surfaces).

Les matériaux broyés ou coupés doivent reposer sur le terrain pendant deux à trois semaines avant d’être incorporés au sol.

L’enfouissement peut être effectué soit à l’aide d’une bêche classique ou d’une charrue (avec une profondeur maximale de 15 cm), soit sans retournement, en effectuant plusieurs passages avec des outils tels que la grelinette, des outils à dents de motoculteur, ou une motobêche.

Cultures suivantes

Après l’engrais vert notamment derrière des légumineuses, il est possible de cultiver des légumes gourmands en matière organique, favorisant ainsi une croissance optimale. Parmi les options, on trouve la courge, le potiron, le concombre, la tomate, l’aubergine, la pomme de terre, et d’autres.

Utilisation des engrais verts pour les animaux

Pour ceux qui ont des animaux herbivores à nourrir, il est possible d’intégrer une petite prairie artificielle dans la rotation des cultures de leur jardin, représentant généralement de 10 à 25% de la surface totale du potager, en fonction de sa taille. Parmi les plantes les plus adaptées à cette utilisation, la luzerne se distingue, avec des racines profondément enfoncées, capable de rester en place pendant deux à quatre ans, et ayant la capacité d’étouffer les plantes vivaces telles que les chardons.

Dans les sols lourds ou acides, le trèfle violet (durée de vie : 1 à 2 ans) est préférable, tandis que dans les sols calcaires, le sainfoin (durée de vie : 1 à 2 ans) est une option recommandée. Il est conseillé de semer ces plantes fourragères au printemps.

Haut de page